04/05/2017
GFME
, nouveaux traitements

Accueil
Suite  
Lapatinib-tykerb et Pazopanib

Herceptin et Lapatinib
Lapatinib est un médicament oral, un anti EGFR Tk qui inhibe la tyrosine kinase induite par la stimulation des EGFR. La cascade enzymatique est activée par la stimulation des récepteurs membranaires, HER 1, 2, 3, ou 4. Lapatinib vise HER2 ou ErbB2, Erlotinib ou Gefitinib visait HER1 ou ErbB1. Les cancers qui répondent bien à ces anti EGFR Tk oraux sont ceux qui ont des mutations dans leurs EGFR membranaires. Herceptin-Trastuzumab est un anticorps monoclonal anti EGFR ou anti HER 2 ou anti ErbB2 qui bloque la capacité de ces récepteurs à être stimulés par EGF. Une phase II d'essai clinique sur le cancer du sein a examiné le lapatinib en tant que thérapie principale pour des tumeurs qui surexpriment ErbB2. Cette thérapie fait suite à Herceptin, un anticorps monoclonal (trastuzumab), qui a aussi la même cible ErbB2 mais un mode d'action différent. Un autre essai a été fait en combinant Lapatinib et Herceptin. Des biomarqueurs identifiés dans les tisus et le sérum peuvent aider à prédire une réponse du médicament. Chez les patients surexprimant ErbB2, le taux de réponse a varié de 4,3% à 7,7%, la maladie stabilisée sur 3 mois de 8,6% à 14,1%. Chez les patients ne surexprimant pas ErbB2, il n'y avait pas de répondeurs, simplement une maladie stable à 3 mois de 2,2%.
Lapatinib a obtenu le statut de médicament orphelin pour un examen rapide.

Tykerb-Lapatinib
On a beaucoup parlé de Tykerb en 2006 comme le nouveau médicament mirable sur les cancers du sein. Il est fabriqué par un grand laboratoire, GSK GlaxoSmithKline qui a dans son répertoire quelques bons produits, l'antiémétique Zophren, l'antiépileptique Lamictal entre autres.
Essais Cliniques phase II aux Etats-Unis
Le lapatinib est en essais cliniques phase II dans la plupart des hôpitaux américains pour les patients avec glioblastome en récidive après chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie. Un examen des tissus est nécessaire.

Pazopanib
Pazopanib est un médicament oral. Voila une petite molécule promise à un bel avenir, elle traverse facilement la barrière hématoencéphalique, elle est fabriqué par un grand laboratoire, GlaxoSmithKline, fabricant du Lapatinib. Pazopanib est un inhibiteur de VEGF, facteur de croissance des vaisseaux sanguins qui a un rôle critique dans le développement cellulaire et l'approvisionnenet de la tumeur. Pazopanib inhibe des chemins de signalisation VEGF déclenchés par la tumeur et bloque le développement des cellules endothéliales, évitant la multiplication cellulaire, la survie et la migration des cellules tumorales. Pazopanib est le premier médicament inhibiteur du récepteur VEGFR a avoir invivo inhibé l'augmentation cellulaire, augmenté l'apoptose des cellules tumorales et diminué l'angiogenèse. Il a prolongé la survie dans des xenogreffes de souris. Pazopanib à basse dose démontre une cytotoxicité synergétique avec plusieurs chimiothérapies ou médicaments, Melphalan, Bortezomib. Nous avons aussi dans cette étude confirmé le rôle du gène marqueur c-Myc dans production de VEGF et de l'angiogenesis. Ces études sur la souris avec Pazopanib nous permettent son évaluation clinique , seul et en combinaison avec les thérapies conventionnelles pour augmenter l'efficacité, réduire la toxicité et améliore le résultat pour les patients.

Pazopanib et Lapatinib en phase II aux Etats-Unis
Devant l'espoir de cette petite molécule, les essais cliniques ont commencé aux Etats-Unis. Beaucoup de patients en mars 2007 aux Etats-Unis avec glioblastome sont sur ce couple Lapatinib-Pazopanib, essai en phase II.


Page générale