30/01/2016
GFME 38
Accueil
Suite
Actualité scientifique des glioblastomes


Les tumeurs de cerveau expliquées par des expositions périnatales aux infections (grippe, rougeole)

Actualité n° 38

Des études concordantes donnent une explication à l'origine des tumeurs de cerveau

On le pensait depuis longtemps mais l'origine des tumeurs a probablement un lien étroit avec des infections de la mère pendant la grossesse ou autour de la période de la naissance. Une mère avec une infection, une fontanelle qui se ferme mal au risque de s'infecter, le risque de développer une tumeur est grand.

Br J Cancer. 23 septembre 2002 ;87(7):746-50.
Les tumeurs de cerveau seraient liées à des infections périnatales (rougeole et grippe)

Auteur : Dickinson HO, Nyari TA, Parker L., Unité de Recherche du Cancer d'Enfants d'Angleterre, Département d'Enfant Health, Université de Newcastle, Victoria Infirmary Royale, Reine Victoria Road, Newcastle sur Tyne NE1 4LP, ROYAUME-UNI.
Résumé
Dans une étude rétrospective sur
99.976 naissances dans le district de Cumbria (Angleterre), sur la période 1975-1992, nous avons enquêté pour savoir si de plus hauts niveaux d'infections dans la société pendant la grossesse de la mère et dans la vie précoce étaient un facteur de risque pour des tumeurs solides (cerveau, système nerveux et autres tumeurs). Chez des enfants de moins de 15 ans diagnostiqués sur la période 1975-1993. Il y avait un risque augmenté de tumeurs de cerveau, système nerveux chez les enfants exposés autour, avant ou tout de suite après la naissance à plus hauts niveaux d'infections de la société, en particulier la rougeole et la grippe. Il y avait autour de la naissance une évidence d'association entre une exposition aux infections après la naissance et le risque d'autres tumeurs. Les conclusions sont logiques avec d'autres études épidémiologiques récentes qui suggèrent que les tumeurs de cerveau peuvent être associées avec une exposition périnatale aux infections.
Pubmed : 12232758

Int J Cancer. 10 mai 2003 le 10;104(6):772-7 mai.

La maladie de Hodgkin est en association avec des infections pendant la grossesse et autour de la naissance

Auteurs : Nyari TA, Dickinson HO, Parker L., Unité de la Recherche du Cancer d'Enfants d'Angleterre, Département d'Enfant Health, Université de Newcastle, Victoria Infirmary Royale, Newcastle sur Tyne, Royaume-Uni.
Résumé
Dans une étude rétrospective de 404.106 naissances dans la région du nord de l'Angleterre, sur la période 1975-1986, nous avons enquêté de savoir si de plus hauts niveaux d'infections de la société pendant la grossesse de la mère et dans la vie précoce constituaient un facteur de risque de cancer, par groupe diagnostique (leucémie et le lymphome non-Hodgkinien, la maladie de Hodgkin, tumeurs de cerveau, tumeurs spinales, neuroblastomes et autres tumeurs), diagnostiqués chez des enfant de moins de 15 ans sur la période 1975-2001. Il y avait un risque augmenté de la maladie de Hodgkin parmi les enfants exposés autour de naissance à de plus hauts niveaux de rougeole. Pour les autres groupes diagnostiques, il n'y avait aucune évidence logique d'une association entre le risque et l'exposition aux infections. Bien qu'une association importante ait été observée pour la maladie de Hodgkin peut être une chance pour en connaître la nature, mais ces résultats sont conformes à d'autres études épidémiologiques qui ont suggéré que le risque de la maladie de Hodgkin pouvait être associé avec une exposition aux infections.

Pubmed : 12640686

 Br J Cancer. 6 mai 2003 le 6;88(9):1370-4 mai.
Relation entre le risque de tumeurs solides de l'enfance et les déplacements de population autour de la naissance.

Auteurs : Nyari TA, Dickinson HO, DM Hammal, Parker L., Au nord de l'Unité de la Recherche du Cancer d'Enfants d'Angleterre, Département d'Enfant Health, Université de Newcastle, Victoria Infirmary Royale, Reine Victoria Road, Newcastle sur Tyne NE1 4LP, ROYAUME-UNI.
Résumé
Dans une étude rétrospective de 673.787 naissances dans la Région Du nord de l'Angleterre, sur la période 1975-1994, nous avons enquêté pour savoir si un plus haut niveau de déplacements de la population autour de la naissance était un facteur du risque pour les tumeurs solides, par groupe diagnostique (la maladie de Hodgkin, cerveau et tumeurs vertébrales, neuroblastome, autres tumeurs solides), chez des enfants de moins de 15 ans diagnostiqués sur la période 1975-2001. Le modèle d'analyse a tenu compte des mouvements de population hors région et dans la région. Il y avait un risque diminué de tumeurs de cerveau dans la population ayant migré dans la région par rapport à celle qui avait migré à l'extérieur. C'est logique avec un rôle d'exposition aux infections et la réponse immunologique dans l'étiologie de ces tumeurs. Pour les autres groupes de tumeur, il n'y avait aucune évidence logique d'une association entre le risque de tumeur et les mouvements de population.
Pubmed : 12778063 

Accueil