GFME 10/03/2013 Retour à la page générale
Suite
Les symptômes des tumeurs de cerveau

Les symptomes sont liés à l'emplacement de la tumeur.
Enveloppé dans les méninges, le cerveau est composé de substance blanche, couleur de la myéline qui entoure les neurones et de la substance grise qui se retrouve en périphérie, on l'appelle le cortex ou dans la profondeur de l'encéphale, avec les noyaux gris centraux. Les symptômes peuvent être dus à la pression de la tumeur sur les tissus environnants, à l'inflammation, l'oedème provoqué par cette compression, ou encore à un mauvais écoulement du liquide céphalo rachidien du centre du cerveau vers les méninges. Des corticoïdes sont souvent prescrits dès le constat d'une tumeur de cerveau pour réduire l'inflammation. Les gliomes de bas grade sont eux souvent diagnostiqués à la suite d'une crise d'épilepsie.

Des maux de tête répétés le matin au réveil, une vision qui se trouble ou se dédouble, une perte d'équilibre, un maintien debout difficile, un changement de personnalité, une dépression, un pouls irrégulier sont les signes les plus fréquents avec les crises d'épilepsie.

Lobe frontal - Ce sont les hautes fonctions, mémoire, jugement. Les tumeurs du lobe frontal peuvent provoquer des changements dans la personnalité, des difficultés d'élocution.
Lobe pariétal - C'est celui de l'orientation et des sensations. Les tumeurs du lobe pariétal peuvent provoquer des difficultés à lire, à écrire.

Lobe temporal - C'est celui du langage et de la mémoire. Les tumeurs dans le lobe temporal peuvent provoquer des difficultés d'élocution, des problèmes de mémoire.
Lobe occipital - C'est celui de la vue. Les tumeurs du lobe occipital provoquent en général des troubles de la vision.

Les symptomes généraux
Les symptômes d'une tumeur du système nerveux central sont liés à son emplacement. Les symptômes les plus répandus comprennent les maux de tête, les vomissements et, parfois, des crises d'épilepsie ou l'ataxie (perte d'équilibre). Les symptômes résultent de la destruction, de l'envahissement ou de la compression du tissu cérébral, un effet de masse, par la tumeur. Ces symptômes sont causés par une élévation de la pression intracrânienne et l'irritation d'une partie adjacente du cerveau ou des dommages subis par celle-ci. Les tumeurs dans la colonne vertébrale peuvent causer des maux de dos, des faiblesses aux bras et aux jambes et des problèmes de contrôle de la vessie et des intestins. Toutes les tumeurs gliales, bas grade, anaplasiques, glioblastomes sont toutes situées sur une courbe représentant l'état embryonnaire du cerveau. Ces symptômes dépendent du siège de la tumeur, d'avant, frontal, vers l'arrière, occipital. Le syndrome frontal développée au niveau du lobe frontal consiste en hémiplégie progressive, en crises épileptiques, en modifications psychiques (inattention, perte de motivation), avec aphasie, une démarche ataxique. Le pariétal, après le frontal consiste en convulsions généralisées, en crises épileptiques focales sensitives, en apraxie et anosognosie (inconscience du déficit corporel), un déni de la maladie, des troubles de la parole. Le syndrome temporal consiste en épilepsies, en crises psychomotrices, le syndrome occipital consiste généralement en troubles visuels, diplopie. Des troubles mentaux, un ralentissement intellectuel et de l'activité, un comportement dépressif, la somnolence, la léthargie, des difficultés de compréhension, et surtout de modifications de la personnalité, des troubles du comportement, une altération des facultés mentales, des épisodes psychotiques, des troubles de l'humeur ou du caractère peuvent également révéler une tumeur cérébrale. Les crises d'épilepsie sont souvent révélatrices d'un oligodendrogliome.
Localisation des gliomes
Les gliomes qui représente 50% des tumeurs cérébrales, 4,7 cas pour 100.000 personnes, sont situés en majorité dans le lobe frontal, 40% (surtout les bas grades), puis dans le lobe temporal 29%, puis le lobe parietal 14%, et enfin le lobe occipital 3%. 14% sont situés dans des structures profondes, les noyaux gris centraux.

Une faiblesse d'un membre
Une chute, un trottoir que l'on heurte sont des signes avant coureur de cette maldie, ils sont souvent vus comme accidentels et on n'y prête généralement aucune attention.
La diplopie, les règles irrégulières, un pouls irrégulier

Une tumeur du cerveau donne souvent une impression de fatigue, on se sent plus fatigué que d'habitude. Puis des problèbles de vue liés à une forte pression sur le nerf optique, surviennent sans trop pouvoir les définir, vision floue ou vision double ? On a conscience que quelque chose d'anormal est en train de se produire, que les rythmes de vie (les règles par exemple chez la femme) sont irréguliers puis on se hasarde à déclarer "j'ai une tumeur", ce qui généralement fait rire tout le monde.

Retour à la page générale