21/09/2017
GFME traitement

Accueil
Suite
Hyperthermie par nanoparticules enrobées de polymère

Hyperthermie

Souris placée dans un champ magnétique


Des minéraux magnétosomiques non pyrogènes revêtus de poly-l-lysine conduisent à une disparition totale du glioblastome U87-Luc intracrânien chez 100% des souris traitées en utilisant l’hyperthermie magnétique

Actualité n° 627 du 14/07/2017

Ce sont plusieurs équipes parisiennes CNRS, CHU, avec le Dr Ahmed Idbaih qui se sont intéressés à l'hyperthermie magnétique qui consiste à faire pénétrer des nanoparticules dans des cellules tumorales qui sous l'action d’un champ électromagnétique s'échauffent et entrainent la mort de la cellule à 43°. D’abord il faut créer des nanoparticules, 70 nanomètres de diamètre, et les faire absorber par les cellules tumorales. On les fabrique par fractionnement d’un matériau massif ou par agglomération d’atomes. Elles se présentent sous la forme de poudres, de gels ou de solutions. Leur intérêt réside dans leur petite taille qui leur confère des propriétés physico-chimiques inédites. Une même molécule peut d’ailleurs être inactive à l’échelle microscopique et devenir très efficace à l’échelle nanoscopique. Les nanoparticules peuvent représenter un risque pour la santé à cause de leur petite taille. Elles sont si petites qu’elles traversent sans aucune difficulté la barrière hémato-encéphalique chez les humains. Les nanoparticules ferromagnétiques à base de fer, de nickel ou de cobalt sont des corps qui ont la capacité de s'aimanter très fortement sous l'effet d'un champ magnétique extérieur. Ces nanoparticules sont enrobées d'un polymère qui les rend invisibles au système immunitaire et de molécules dont raffolent les cellules cancéreuses. Les nanoparticules excitées par un champ magnétique produisent une élévation de la température au sein de la cellule cancéreuse, jusqu'à environ 44°C, ce qui est suffisant pour la tuer. L'hyperthermie magnétique est donc une solution très prometteuse pour la thérapie du cancer puisqu'elle permet de décimer les cellules cancéreuses sans abimer, ou très peu, les cellules saines voisines. Des chercheurs coréens avaient réalisé un premier test sur des souris placées dans une bobine générant un champ magnétique alternatif pendant 10 minutes. Au bout de 4 semaines, les souris n’avaient plus aucune trace de tumeur.
L'hyperthermie magnétique dans un autre essai avait augmenté la survie de patients avec glioblastome récurrent de 7 mois. A la suite de ce résultat prometteur plusieurs équipes parisiennes ont amélioré le résultat en utilisant des nanoparticules d'oxyde de fer, appelées magnétosomes, synthétisées à partir de bactéries magnétotactiques purifiées pour éliminer la plupart des endotoxines et des matières organiques, puis recouvertes de poly-l-lysine pour donner une suspension de nanoparticules stable et non pyrogène (qui évite la fièvre). Ces magnétosomes revêtus de poly-l-lysine (M-PLL) se caractérisent par une puissance de chauffage plus élevée que leurs homologues chimiquement synthétisés actuellement utilisés dans les essais cliniques. L'efficacité antitumorale améliorée a été démontrée en administrant 500-700 μg de fer, M-PLL à des tumeurs U87-Luc intracrâniennes de 1,5 mm - 3 mm et en exposant des souris à 27 sessions magnétiques toutes les 30 minutes dans un champ magnétique alternatif de 202 kHz et 27 mT. Chez 100% des souris traitées, la tumeur avait complètement disparu 68 jours après l'implantation. Les souris étaient toujours vivantes un an plus tard et considérées complètement guéries.
Pubmed : 28689117


Le traitement des patients avec des gliomes malins à haute teneur avec l'hyperthermie
39ème réunion de l'ASCO 3 juin 2003 Chicago

Auteurs : D. Hager, H. Dziambor, E. M. App, C. Popa, O. Popa, M. Hertlein BioMed-Klinik Gmbh, Mauvais Bergzabern, Allemagne; KSN-Klinik Friedenweiler Gmbh, Mauvais Bergzabern, Allemagne

Avec un temps de survie médian (MST) de 10-12 mois, le pronostic des gliomes malins à haute teneur est toujours des plus pauvres.
Le rayonnement peut doubler le MST.
La chimiothérapie n'a qu'un effet marginal sur MST de 2-4 mois dans la catégorie III et aucun effet substantiel dans des gliomas de la catégorie IV.
Le but primaire de cette étude de faisabilité de faisabilité est de définir si des tumeurs de cerveau peuvent être traitées par l'hyperthermie profonde à basse-radiofréquence (LF-rf-dht).
Les nombres rationnels pour l'usage de LF-rf-dht sont:
1. SAR accru dans le tissu de tumeur,
2. effets de la chaleur cytotoxique,
3. interactions électromagnétiques différentes avec le tissu de tumeur (dielectricité, conductivité, courant électrique),
4. effets de la chaleur anti-vasculaire.

Méthodes et patients. Entre 09/97 et 09/02, 36 patients avec astrocytome anaplasique et glioblastome ont été traités avec hyperthermie et boswellia, un inhibiteur de synthèse de leukotriene.
Ces patients avaient des gliomes inopérables, ou partiellement réséqués ou récidivants avec la progression après radio et/ou chimiothérapie et des indices de Karnofsky supérieurs à 50. L'âge médian était de 37 ans (33-50) pour les astrocytomes anaplasiques et de 48 ans (25-72) pour les glioblastomes ; Le Karnofsky médian est de 70 (50-80) pour les AA et 60 (50-90) pour les glioblastomes.
Le DHT a été exécuté avec un Rf-dispositif couplé d'une capacité de 13,56 mégahertz.
L'étude a été conçue en tant qu'essai préliminaire éventuel, simple-bras, un essai clinique de phase II.
Les points finaux primaires étaient MST (survie médiane totale) et qualité de la vie.
L'analyse de la survie a été calculée sur la base d'une intention-à-traiter-analyse.
En résultats, le DHT des tumeurs de cerveau avec LF-rf-ht (13,56 mégahertz) est faisable. Le DHT est bien toléré. On a pu observer la rémission ou le retardement partiel de la croissance de tumeur.
La prolongation de MST et d'amélioration de qualité de vie est médicalement significative.
la société de l'oncologie clinique tous droits réservés d'Américain de copyright 2003 de © mondial
Source:


Retour à la page générale