10/09/2008
GFME Asco 2008 dossiers 21-30
Accueil
Les 10 dossiers suivants
ASCO 2008 dossiers 21-30/78 tumeurs du CNS

21ème dossier Asco 2008
2025-Pseudoprogression (PsPr) après radio chimiothérapie de Temodal et Temodal du glioblastome récemment diagnostiqué (GBM). J. L. Clarke
Citation: J Clin Oncol 26: 2008 (mai 20 suppl; abstr 2025)
Author(s): J. L. Clarke, L. E. Abrey, S. Karimi, A. B. Lassman,

Résumé :
L'augmentation de la prise de contraste sur les images IRM après la radio chimiothérapie est souvent interprétée comme une progression de la maladie (PD). Cependant, il est évident que cette croissance radiographique et la détérioration clinique peut résulter des effets de la radiothérapie, c'est à dire une pseudo progression PsPr, plutôt qu'une progression réelle de la maladie PD.
Méthodes :
80 malades avec glioblastome ont été traités dans cet essai de phase II avec radio chimiothérapie concourante de Temodal suivi de Temodal adjuvant. Les IRMs ont été effectuées après la radiothérapie. La pseudo progression PsPr a été définie comme une amélioration des prises de contraste à partir de l'IRM initiale post radiothérapie sans changement de la chimiothérapie adjuvante, ou histologiquement documenté par la nécrose. La progression réelle PD a été définie comme une progression soutenue de la prise de contraste sur les scanners subséquents, ou histologiquement documentés sur la tumeur. Des prises d'images avec contraste et mesure du volume du sang cérébral relatif (rCBV) ainsi que des Pet Scan FDG ont été réalisés.
Résultats :
Il y avait 33/80 patients avec une augmentation du contraste sur l'IRM initiale post radiothérapie, 8 (24%) avait PsPr, 17 (52%) avait PD vrai, et 8 (24%) PsPr contre PD vrai impossible à trancher. Des 8 patients avec PsPr, 2 Malades ont eu des PET-SCAN, les deux ont démontré une augmentation plutôt qu'une diminution du volume de sang cérébral rCBV. Deux autres avaient des PET Scan FDG, les deux ont montré une hyperaction plutôt qu'un hypométabolisme. Des 17 malades avec PD vrai, 5 Malades ont eu des Pet Scan, 4 avaient une augmentation du rCBV et 1 avait une diminution du rCBV, aucun n'a suivi de Pet scan FDG. Le seul malade avec PsPr histologiquement documentée au temps de la chirurgie, après 2 cycles de Temodal adjuvant, le rCBV avait augmenté et hypermétabolisme au PET Scan. L'IRM n'avait pas été réalisée à la chirurgie et post radiothétrapie initiale. 6/8 patients avec PsPr étaient dans un état clinique dégradé comparé à leur état lors de la visite post radiothérapie. 7/17 patients avec progression vraie, PD avaient aussi un état clinique pire que celui postradiothérapie.
Conclusions :
24% des patients avec augmentation du contraste avaient une pseudo progression. La fréquence pourrait être aussi haute que 48% si tous les 8 pts douteux avaient réellement PsPr. Les examens avec Pet Scan ou FDG PET et la statut clinique n'étaient pas prophétiques de PsPr contre PD vrai. Il est peut être raisonnable de considérer des conclusions sur l'IRM post radiothérapie comme une nouvelle ligne de base, plutôt que comme une estimation de réponse à la radio chimiothérapie à cause d'un risque élevé entre 24 et 48%, de pseudo progression. Cette approche minimiserait aussi la probabilité de surestimer les avantages d'une deuxième ligne traitement.
Notre avis : nous ne le répèterons jamais assez, il faut aller au bout des 6 cycles de Temodal adjuvant. 1 patient sur 3 à une image IRM post radio chimiothérapie en augmentation par rapport à celle du début du traitement. Mais tous les patients veulent connaître cette IRM post radiothérapie le plus vite possible alors qu'elle ne sert à rien, si ce n'est à se rassurer qu'on répond bien. Mais s'il y a une augmentation, il y a encore une chance entre 30 et 50% que ce soit une fausse progression et que tout va rentrer dans l'ordre.

22ème dossier Asco 2008
2026-Campto-Avastin, conséquence sur les IMRs dynamiques avec contraste (DCE-IRM) dans le glioblastome. A. Desjardins
Citation: J Clin Oncol 26: 2008 (mai 20 suppl; abstr 2026)
Author(s): A. Desjardins, D. P. Barboriak, J. E. Herndon, II, J. Marcello, D. A. Reardon, J. A. Quinn, J. N. Rich, S. Sathornsumetee, H. S. Friedman, J. J. Vredenburgh,,,

Résumé:
Les IRMs dynamiques avec contraste DCE-IRM peuvent déterminer de la perméabilité vasculaire en utilisant Ktrans, un transfert à volume constant d'un agent de contraste entre le plasma sanguin et l'espace extravasculaire. Nous rapportons un esai de phase II pour déterminer la corrélation entre la perméabilité vasculaire et la réponse radiographique chez les malades avec glioblastome qui suivent le traitement Campto-Avastin (ou Iritonecan-Bevacizumab, autres appellations). 20 malades avec glioblastome en progression ou récidice ont été inscrits. Les deux médicaments ont été administrés tous les 15 jours en perfusion, Avastin à 10 mg/kg, et Campto à 340 mg/m2 pour malades sur antiépileptique enzyme induisant et 125 mg/m2 pour les malades pas sur antiépileptiquie non EI. Les réponses radiographiques ont été faites touites les 6 semaines. Les IRMs dynamiques avec contraste DCE-IRM ont été réalisées avant la perfusion de la chimiothérapie, puis un jour après traitement et après le premier cycle. Le point final était d'examiner l'effet d'Avastin et de Campto sur la perméabilité vasculaire comme mesuré en % de variation de Ktrans.
Résultats :
20 malades ont été inscrits, un âge médian de 49,5 ans. Les meilleures réponses incluaient 1 réponse complète, 9 avec réponse partielle (50%), 9 malades avec maladie stable, et 1 avec progression de la maladie. Une survie progression-libre à 6 mois (PFS) de 65% et une survie totale à 6 mois (OS) de 85% a été observée. Les changements dans la valeur Ktrans ont correspondu avec le déclin en pourcentage dans le volume de la tumeur. Aucun IRM-DCE à 24 heures ou à 6 semaines n'a été prophétique pour PFS et OS. 15 malades on arrêté la thérapie en raison de progression de la maladie et 2 malades ont cessé le traitement en raison de la toxicité (blessure, n=1; embolie pulmonaire, n=1).
Conclusions :
L'utilisation de DCE-IRM pour déterminer une réduction dans la perméabilité vasculaire chez les patients qui suivent le traitement de Campto-Avastin est faisable et correspond avec la baisse réelle en volume de la tumeur, mais elle ne prédit pas la survie des patients.
Notre avis : cela a le mérite d'être clair, les IRMs suffisent, à quoi dépenser plus pour des IRM-DCE qui n'apportent rien de plus. Voila au moins une étude utile qui fera faire des économies. Nos amis américains qui en sont très friands doivent être bien décus que cela ne serve à rien.

23ème dossier Asco 2008
2027-Radio chimiothérapie concomitante du glioblastome récemment diagnostiqué, corrélation avec le statut de MGMT.. A. Tosoni
2027
Citation: J Clin Oncol 26: 2008 (mai 20 suppl; abstr 2027)
Author(s): A. Tosoni, E. Franceschi, V. Blatt, F. Ruggeri, F. Benevento, S. Bartolini, L. Morandi, L. Scopece, V. Mazzocchi, A. A. Brandes,,

Résumé :
Origine:
La radio chimiothérapie avec Temodal concomitant puis en adjuvant est devenu le traitement standard pour le glioblastome récemment diagnostiqué. Le but de l'analyse présente était d'évaluer le modèle du retour chez ces malades avec glioblastome qui suivent ce traitement et de les corréler avec le statut MGMT.
Méthodes :
Les IRMs étaient disponibles pour 95 patients aves glioblastome inscrits de janvier 2005 à janvier 2007, sous traitement de radio chimiothérapie avec Temodal à 75 mg/m2/jour concomitant avec la radiothérapie standard de 60 Gy en 30 séances, suivi par Temodal adjuvant à 150-200 mg/m2 jours 1-5, d'un cycle de 28 jours avec au maximum 12 cycles si les conclusions IRM étaient négatives ou jusqu'à progression si l'IRM avait paru positif. Une analyse a été faite sur la corrélation entre le statut MGMT déterminé par PCR et le retour.
Résultats:
Après un suivi médian de 18 mois (gamme: 6,6 - 44,8 mois), 79 patients (83%) ont présenté un retour du glioblastome. 57 pts (72%) avait le retour dans la tumeur, et 17 patients (22%) à l'extérieur de la tumeur, 5 pts (6%) avait le retour dans les deux. La progression médiane survie libre (PFS) des patients avec retour dans le champ de la radiothérapie, dans et dehors du champ de la radiothérapie, et dehors exclusivement du champ de la radiothérapie était de 9,2, 8,7, et 14,9 mois, respectivement. Le temps de survie médian (MST) était de 17,3 mois, 14,8 mois et 26,1 mois chez les patients avec retour dans, dans et dehors, et seulement à l'extérieur du champ de la radiothérapie. Le Retour à l'extérieur du champ de la radiothérapie a été rapporté chez 15% des patients avec MGMT non méthylé et 42% des patients avec MGMT méthylé. Approximativement 20% des patients traités avec Temodal concomitant et adjuvant à la radiothérapie peuvent développer un retour de la tumeur à l'extérieur du champ de la radiothérapie. Chez les patients avec MGMT méthylé, une plus longue PFS et survie totale OS, avec une fréquence de retour à l'extérieur du champ de la radiothérapie considérablement plus élevée.
Conclusions :
Ces données, peuvent être utiles dans la sélection des traitements pour les patients avec glioblastome.
Notre avis : on comprend très bien que si MGMT est déjà méthylé, il ne va pas aller récupérer le radical Méthyl CH3 que l'alkylant Temodal est arrivé à grand peine à glisser sur l'O6 de la guanine pour arrêter la division cellulaire.

24ème dossier Asco 2008
2028-Avastin (BEV) en échec dans le glioblastome en récidive, pronostic et modèle. A. B. Lassman
Citation: J Clin Oncol 26: 2008 (mai 20 suppl; abstr 2028)
Author(s): A. B. Lassman, F. M. Iwamoto, P. H. Gutin, L. E. Abrey,

Résumé :
Avastin (Bevacizumab autre appellation) a montré des promesses sur le glioblastome récurrent (qui revient) dans des essais de phase II. Cependant, les modèles de rechute et les pronostics des malades avec glioblastome sous Avastin n'ont pas été étudiés systématiquement. Cela peut avoir des implications importantes pour l'analyse de l'efficacité des thérapies post Avastin
Méthodes :
Nous avons examiné les bases de données de notre département pour identifier les patients avec glioblastome récurrent traités avec Avastin sur des essais cliniques. Les patients qui étaient en fin de traitement Avastin pour maladie progressive (PD) été inclus.
Résultats :
Il y avait 21 patients, 14 hommes, 7 femmes, âge médian de 53 ans, (gamme 30-80 ans) qui ont cessé Avastin pour progression. Le nombre médian de retour de la maladie avant Avastin initial était de 1 (gamme, 1-2). Les Malades ont reçu Avastin seul (n=1) ou en combinaison avec Campto (n=10), réirradiation hypo-fractionnée (hyRT) (n=8), Temodal (n=1) ou Temodal plus hyRT (n=1). La survie totale médiane (OS) après l'arrêt d'Avastin a été de 2,5 mois. 15 malades sont morts. Au moment ou Avastin a été arrêté, 7 patients avaient le retour local (sur le site initial de maladie) alors que 14 s'étaient reproduits en gliomatose multifocale. Le KPS médian avec retour local était de 70 (gamme, 70-90) comparé à une médiane de 60 (gamme, 40-80) chez les malades avec le retour en gliomatose multifocale. Les retours de gliomatose multifocale ont été associés avec un risque augmenté de mort, comparé à la rechute locale. Un KPS inférieur à 60 au temps d'échec d'Avastin a été aussi associé avec un risque augmenté de mort. La tumeur supplémentaire a orienté la thérapie d'échec d'Avastin suivante qui a été suivie par 11 patients (8 chimiothérapie, 2 résection et chimiothérapie, 1 résection). Le PFS Médian pour la thérapie après que l'échec d'Avastin fut de 2,3 mois, L'OS médian était 4,5 mois, et le PFS de 6 mois était de 0%.
Conclusions :
La dissémination en gliomatose multifocale en récurrence après un traitement d'Avastin a correspondu avec un KPS pauvre et une survie courte. Les traitements après échec d'Avastin peuvent fournir seulement un contrôle transitoire de la tumeur.
Notre avis : cela confirme un autre essai qui préconise en cas d'échec d'Avastin de passer à autre chose.

25ème dossier Asco 2008
2035-Facteur VIII élevé, fréquent chez les malades avec gliomes de haut grade récemment diagnostiqué. M. B. Streiff 2035
2035
Citation: J Clin Oncol 26: 2008 (mai 20 suppl; abstr 2035)
Author(s): M. B. Streiff, S. A. Grossman, X. Vous, T. S. Kickler, G. J. Lesser, T. T. Batchelor, J. T. Jani, S. Desideri,

Résumé :
Les malades avec gliome malin sont des patients à haut risque de thrombo-embolie veineuse (VTE). Mais la raison de cette association est vague. Nous avons cherché à identifier les facteurs de risque chez les malades adultes avec gliomes de haut grade.
Méthodes :
C'est un essai NABTT pour malades récemment diagnostiqués avec gliome de grade III ou IV avant le début du traitement antinéoplasique. Les malades avec des antécédents de trombo-embolie veineuse, de thérapie antinéoplasique et sur anticoagulant de façon chronique n'ont pas été admis. À l'inscription, nous avons rassemblé les informations sur l'âge, le genre, l'appartenance ethnique, l'histopathologie de la tumeur, le KPS, le groupe sanguin ABO. Ils ont subi une analyse de sang avec la mesure du facteur activité VIII, fibrinogène, dimer D quantitatif, génération du thrombine et C protéine réactive.
Résultats :
65 malades (47% d'hommes) avec un âge médian 57 ans (gamme 29-85 ans) ont été inscrits entre 6/2005 et 12/2007. 65% avaient glioblastome et le reste un gliome de niveau III. Le Karnofsky KPS médian était de 90. La distribution dans les groupes sanguin ABO des malades était : Le groupe sanguin O (53%), A (26%), B (14%), et AB (7%) était semblable à la distribution dans la population générale américaine dont les chiffres sont : Le groupe sanguin O (45%), A (40%), B (11%), AB (4%). L'activité du facteur VIII chez les malades et les 40 contrôles normaux était de 164±13% et 79±24%. Le fibrinogène moyen chez les malades et les contrôles normaux étaient de 366±33 mg/dL et 287±86 mg/dL pendant que les dimer D moyens étaient nivelés chez les malades et les contrôles de la normale à 1,8±0.3 mg/L et 1,4±0.5 mg/L, respectivement.
Conclusions :
Une augmentation d'activité du facteur VIII (facteur anti-hémophilique A) est un facteur de risque établi pour la trombo-embolie veineuse récurente indépendamment du statut du groupe sanguin ABO. Nos résultats suggèrent que l'augmentation du facteur VIII, indépendamment du groupe sanguin, accroit le risque de trombo-embolie veineuse associé aux gliomes de haut frade. Les futurs rapports incluront des dimensions de génération du thrombine et C protéine réactive et une corrélation de ces résultats avec épisodes symptomatiques de thrombose sur plus de 100 malades.
Notre avis : le facteur VIII joue un role central dans la coagulation et est fréquemment élevé chez les patients avec gliome.

26ème dossier Asco 2008
2036-IGFBP-2 (insuline-like growth factor binding protein 2) pour prédire les résultats cliniques des malades avec gliomes. Y. Lin
Citation: J Clin Oncol 26: 2008 (mai 20 suppl; abstr 2036)
Author(s): Y. Lin, T. Jiang, Chanson S.,

Résumé :
Les Insuline-like Growth Factors, IGF, sont des facteurs de croissance dont la structure et le mode d'action ressemblent à ceux de l'insuline. IGF
BP2 (IGFBP-2) (insuline-like growth factor binding protein 2) secrétée par le foie est supposés être en rapport avec l'initiation et la progression des gliomes. Un niveau élevé de IGFBP-2 est fréquemment observé dans les glioblastomes, la forme la plus maligne des gliomes, et a été associé avec une survie raccourcie des malades avec glioblastome. Pour enquêter sur la possibilité d'utiliser IGFBP-2 comme un marqueur des résultats cliniques chez les malades avec gliomes, nous avons examiné rétrospectivement le niveau de IGFBP-2 dans le tissu tumoral retiré à la chirurgie chez des malades ayant des niveaux différents de gliome et nous avons comparé avec les résultats cliniques des malades avec gliome.
Méthodes :
Nous avons étudié 200 patients avec gliomes et 30 patients normaux pour le groupe contrôle et mesuré les niveaux de IGFBP-2 par ELISA. Les données cliniques (par exemple, la réponse de la tumeur, la survie progression-libre PFS, et la survie totale OS) ont été rassemblées à partir des registres médicaux. Nous avons comparé le niveau de plasma IGFBP-2 dans des sous-classes de gliomes différentes et le groupe contrôle et réparti la corrélation potentielle entre le niveau de plasma IGFBP-2 trouvé à la chirurgie et la réponse de la tumeur à la thérapie adjuvante, radiothérapie et chimiothérapie, la PFS et l'OS dans les malades avec glioblastomes. Nous avons aussi examiné tous les changements de niveaux de plasma IGFBP-2 à la chirurgie et à la récidive et corréler le niveau de plasma IGFBP-2 avec les résultats cliniques.
Résultats :
Le niveau IGFBP-2 relevé à la chirurgie fût considérablement plus élevé dans les gliomes de haut grade, niveau III et Glioblastome, que dans le bas grade (niveau II) et les mesures sur échantillon normal. Il était considérablement plus élevé dans le niveau II des gliomes de bas grade que dans le groupe échantillon normal. Mais aucune différence n'a été observée entre le niveau III des gliomes et le glioblastome. Chez les malades avec le gliome de haut grade, le niveau d'IGFBP-2 à la chirurgie a correspondu de façon importante avec la survie progression libre, PFS. Le niveau de plasma IGFBP-2 à la chirurgie a montré une association avec la réponse de la tumeur. Le niveau de plasma IGFBP-2 a augmenté considérablement pour le glioblastome entre la 1ère chirurgie et la récidive et le niveau du plasma IGFBP-2 à la récidive a été associé avec la PFS.
Conclusions :
Le plasma IGFBP-2 a la possibilité d' être utilisé comme un biomarqueur pour le pronostic des gliomes qui mérité une étude de validation à grande échelle.
Notre avis : Une étude à grande échelle, cela n'est pas compliqué dans un pays qui compte 1 milliard d'individus. Mais un biomarqueur qui ne voit pas de différence entre les grades III et IV c'est plutôt inquiétant.

27ème dossier Asco 2008
2037-Statut de MGMT, corrélation entre sa valeur dans le tissu tumoral et celle obtenue dans le sérum par MSP sur une série de glioblastomes. C. Balañá
Citation: J Clin Oncol 26: 2008 (mai 20 suppl; abstr 2037)
Author(s): C. Balañá, C. Carrato, J. Ramírez, M. Berdiel, D. Kaen, J. Sánchez, M. Tarón, C. Hostalot, A. Ariza, R. Rosell,,

Résumé :
MGMT (O6-Méthyle Guanine Méthyletransférase) est un gène promoteur de la méthylation et l'expression de MGMT dans le tissu tumoral est un agent pronostic de l'avantage de la chimiothérapie avec l'alkylant Temodal dans le glioblastome. Le statut de méthylation MGMT peut être détecté dans le sérum de malades. Nous avons étudié la concordance entre la méthylation de MGMT obtenue à partir des tissus, t-MGMT+/-, avec la méthylation obtenue dans le Sérum s-MGMT +/- par analyse MSP (Polymérisation spécifique de la méthylation) ainsi que le statut de méthylation de la protéine obtenue par immunohistochimie quantitative (q-IHC) dans une série de glioblastomes.
Méthodes :
MSP à partir du sérum a été exécuté sur 70 échantillons de patients soit les sérums de 37 malades deux par deux. 63 malades ont été répartis pour l'expression de q-IHC. On a obtenu 3 valeurs par malade, le minimum (min q-IHC), le maximum (maximum q-IHC) et la moyenne (ave-q-IHC) de cellules avec statut MGMT +. Les données cliniques obtenues étaient l'âge (> 50, <50), la chirurgie (biopsie, résection), l'indice de Karnovsky KPS (<70,> 70%), la radiothérapie (<40Gy.>40Gy), la chimiothérapie basse (BCNU, Temodal, l'avantage de la chimiothérapie (P, SD+PR+CR), la survie progression-libre (PFS) et la survie totale (OS).
Résultats :
A partir des tissus, le t -MGMT+ (38.6%) avait une plus longue PSF, OS et ont mieux bénéficié de la chimiothérapie comparé avec les patients t-MGMT-. Le statut du t-MGMT+ et la radiothérapie étaient des facteurs indépendants pour une meilleure totale OS et une plus longue PFS. Parmi les meilleurs résultats les patients de moins de 50 ans. Un statut du sérum s-MGMT+ (27% de malades) était un facteur indépendant de meilleure survie et de plus longue PFS. Une haute concordance entre t-MGMT et s-MGMT. La sensibilité de détecter t-MGMT par MSP dans le sérum était de 95,4% avec une spécificité de 60%. Il n'y avait aucune différence importante entre max-IHC, min IHC et ave-IHC. Max-IHC avaient la meilleure sensibilité pour prédire le statut t-MGMT-. La marge était de plus de 12 cellules positives pour une sensibilité de 97.4% mais une spécificité de seulement 8,9%..
Conclusions :
Le t-MGMT est le Gold standard pour identifier les malades qui peuvent bénéficier de la thérapie par chimiothérapie alkylante. Dans le cas ou aucun tissu n'est disponible, s-MGMT par analyse MSP à partir du sérum du sang a une bonne sensibilité pour détecter le statut t-MGMT- des malades. Le statut q-IHC MGMT obtenu par histoimmunochimie n'est pas un bon substitut du statut t-MGMT.
Notre avis : on savait que les statuts de MGMT différaient selon la méthode employée, MSP ou histoimmunochimie. On apprécie cette corrélation car on peut connaître à tout moment son statut par une simple prise de sang dont le résultat est donc assez voisin de celui qui a été ou qui aurait pu être obtenu dans le tissu tumoral. Une très bonne analyse. Bonne équipe.

28ème dossier Asco 2008
2038-Corrélation entre YKL-40 et la métalloprotéinase-9 de la matrice (MMP-9) obtenus dans le sérum comme pronostic de la survie des gliomes. F. M. Iwamoto
Citation: J Clin Oncol 26: 2008 (mai 20 suppl; abstr 2038)
Author(s) : F. M. Iwamoto, A. F. Hottinger, S. Karimi, E. Riedel, K. Panageas, B. Gu, J. Rao, M. Fleisher, E. Hollande, L. M. DeAngelis, A. Hormigo,,,

YKL-40, est une glycoprotéine de la matrice extracellulaire qui est souvent surexprimée dans les gliomes de haut grade (HGG). MMP-9, est une métalloprotéinase de la matrice qui est associée avec l'infiltration de la tumeur et l'angiogenèse. Elle a été détecté dans la tumeur et dans les cellules endothéliales des gliomes. Ces deux protéines sécrétées et notre travail antérieur ont suggéré qu'ils sont tous les deux des marqueurs du sérum pour les gliomes.
Méthodes :
De 08/2002 à 11/2006, les échantillons de sérum ont été rassemblés chez des malades avec des gliomes histologiquement confirmés. Le sérum a été obtenu concurremment avec les IRMs à plusieurs moments, au cours de la maladie. YKL-40 et MMP-9 ont été déterminés par ELISA et les valeurs trouvées ont correspondu avec le statut radiographique de la maladie et la survie. Lorsque la distribution pour YKL-40 et MMP-9 a été obliquée, les données ont été corrigées. Nous avons étudié le rapport entre les valeurs de YKL-40 et MMP-9 dans le sérum des patients et le statut radiographique de la maladie.
Résultats :
Il y avait 131 patients avec glioblastome, 83 gliomes anaplasiques (AG) et 32 gliomes de bas grade (LGG). Le nombre médian d'observations obtenues a été de 2,5 (gamme, 1-18) pour le glioblastome, 4 (1-14) pour le gliome anaplasique AG et 6 (1 - 14) pour les gliomes de bas grade LGG. La suite médiane était de 9,6 mois pour le glioblastome, 22,5 mois pour l'astrocytome anaplsique AG et 26,9 mois pour le gliome de bas grade LGG. L'augmentation de YKL-40 dans le sérum a correspondu avec un risque de mort dans le glioblastome (taux de hasard HR=1,6), dans le gliome anaplasique AG (HR=1,6) et pour le sous-ensemble d'astrocytome anaplasique (AA) (HR=2.0). L'augmentation dans le sérum MMP-9 a été associé seulement avec un risque augmenté de mort seulement chez les patients avec gliome anaplasique (taux de hasard HR=1,5). les niveaux YKL-40 ont correspondu avec le statut radiographique pour le glioblastome, l'astrocytome anaplasique AA, et les gliomes de bas grade LGG. Pour MMP-9, il y avait une corrélation avec le statut radiographique pour l'astrocytome anaplasique AA et le glioblastome mais pas pour le gliome anaplasique AG ou le bas grade LGG.
Conclusions :
Cette étude longitudinale montre que YKL-40 est un prophète de survie chez les malades avec gliome de haut grade HGG et un indicateur potentiel du statut de la maladie. MMP-9 peut être un indicateur potentiel du statut de la maladie dans le glioblastome GBM et dans l'astrocytome anaplasique AA.
Notre avis : YKL-40 est un indicateur qui semble fiable pour les glioblastomes et gliomes anaplasiques.

29ème dossier
Asco 2008
2039-Radiographie et réponse immunologique à l'immunothérapie des gliomes malin. P. Z. New
Citation: J Clin Oncol 26: 2008 (mai 20 suppl; abstr 2039)
Author(s): P. Z. New, D. Baskin, T. Trask, R. Cavaliere, A. R. Chaudhury, Cloche S., L. K. Aguilar, E. Aguilar-Cordova, A. Chiocca, K. Wong,,

Résumé :
La nature envahissante des gliomes malins conduit à un taux élevé de récidives. Faire appel au système immunitaire pour extirper la tumeur résiduelle peut fournir une amélioration considérable du résultat. AdV-tk, est un vecteur adénoviral qui contient le gène de la thymidine-kinase du virus de l'Herpès (GliAtak, Advantagene) et qui a montré des promesses en immuno-stimulation adjuvante aux thérapies standard. Les mécanismes impliquent la cytotoxicité de la tumeur combinée avec les signaux de danger, le recrutement, l'activation des cellules présentatives d'antigènes et la stimulation des lymphocytes T du système immuniataire.
Méthodes :
Les malades avec gliome malin récemment diagnostiqués ont reçu un des trois niveaux de la dose d'AdV-tk (3x10^10, 1x10^11 and 3x10^11 particules du vecteur) délivré aux cellules de la tumeur par injection au lit de la tumeur suivie par Valacyclovir 2gm TID x 14jours. La radiothérapie a commencé dans les 7 jours et le Temodal a été permis après achèvement du traitement.
Résultats :
3 malades ont été inscrits dans chacun des premiers deux niveaux de la dose et 6 dans le troisième. Les tumeurs ont concerné 10 malades avec glioblastome de grade IV et 2 maldes avec astrocytome anaplasique de grade III. Les toxicités apparentées étaient l'élévation transitoire des transaminases du foie, la creatinine et la fièvre. Il n'y avait pas eu de délais importants ou d'interruption de traitement de la radiothérapie et du Temodal. 5/12 malades sont des survivants entre 12 et 21 mois après traitement. Une augmentation des lymphocytes T intratumoraux et des macrophages a été observée chez 2 malades qui ont subi la ré-résection à 30 et 36 semaines, en suggérant un traitement induit la réponse de l'antitumor. Un malade avec glioblastome avait une amélioration persistante des IRMs FLAIR plus de 20 mois en survie progression libre sans traitement. 3 malades ont eu une amélioration persistante des IRMs FLAIR et aucune progression au delà de 12 mois. La radiothérapie et l'effet immunitaire peuvent se confondre dans l'interprétation des IRMs conventionnelles. Une IRM dynamique a été utilisée chez 2 des 3 malades pour essayer de différencier la progression de la tumeur et les effets du traitement.
Conclusions :
AdV-tk peut être combiné sans risque avec la chirurgie et la radio chimiothérapie chez les malades avec gliomes malin récemment diagnostiqué. Les nouvelles techniques de prise d'images peuvent aider à différencier la progression de la tumeur avec l'inflammation après la radio immunothérapie.

Notre avis : rien de plus avec Adv-tk qu'avec la radiochimiothérapie de Temodal. La stimulation n'est pas l'action. Après avoir injecté les virus, il faut aussi les enlever avec Valacyclovir.

30ème dossier Asco 2008
2040-Temps à détérioration et qualité de vie-apparentée (HRQL) pour malades avec glioblastome en récidive (GBM), résultats de l'esai de phase III, d'enzastaurin (ENZ) contre lomustine (CCNU). M. le J. fourgon repaire en a Courbé
Citation: J Clin Oncol 26: 2008 (mai 20 suppl; abstr 2040)
Author(s): M. que le J. fourgon repaire a Courbé, Mèche W., A. M. Liepa, V. K. Puduvalli, A. F. Carpentier, L. Cher, W. P. Mason, M. J. Taphoorn, S. Hong, H. A. Amende,,

Résumé :
Un but de thérapie pour glioblastome périodique est de différer la détérioration de la qualité de vie relative HRQL, et des interventions pour avoir le plus grand impact dans les domaines physiques et fonctionnels sont attendus. L'estimation de la qualité de vie relative HRQL dans le glioblastome périodique a été limitée par la détérioration de malades. Nous rapportons des résultats de qualité de vie relative HRQL dans un essai clinique de phase III.
Méthodes :
Les Patients avec glioblastome périodique en ont été randomisés entre Enzastaurin ENZ 500 mg journalier ou Lomustine CCNU 100-130 mg/m2 chaques 6 semaines. Les Patients ont été examinés sur 50 points fonctionnels conformément au test agrée pour les tumeurs de cerveau (Fact-Br). Les évaluations avaient lieu approximativement toutes les 3 semaines pendant la thérapie et 30 jours après l'interruption de traitement. Le temps à détérioration (TtD) pour chaque patient a été défini comme une baisse de 11 points dans l'index des résultats d'essai de 148 points (questionnaire fonctionnel spécifique aux tumeurs cérébrales) ou la mort.
Résultats :
L"inscription est terminée. Des 266 patients randomisés, 159/174 (91%) dans le bras Enzastaurin ENZ et 82/92 (89%) dans le bras CCNU ont pu être analysés pour TtD. Les scores pour TOI n'était pas statistiquement différent entre les deux bras. L'accord du patient pour compléter le Fact-Br au-delà des 6 premiers mois était de 77% pour ENZ et de 78% pour CCNU. Le TtD médian était 2,27 mois pour ENZ et 2,33 mois pour CCNU avec des taux à 6 mois estimés de 18% et 29%, respectivement. Il n'y avait pas de différence entre les deux groupes dans le bien-être physique et fonctionnel.
Conclusions :
L'estimation de la qualité de vie HRQL est faisable chez les patients avec glioblastome périodique. Aucune différence de temps n'a été observée dans les domaines physiques et fonctionnels de la qualité de vie relative HRQL entre le bras Enzastaurin ENZ et Lomustine CCNU.
Conclusion : quand on s'intéresse au bien-être des patients, c'est bien.

Les dossiers suivants

Accueil