29/03/2004
GFME 79
Accueil
Suite
Actualité scientifique des glioblastomes



Les radiographies dentaires effectuées il y a 15-40 ans pourraient être associées au risque de méningiome intracrânien

Actualité n° 79

Société américaine du Cancer 2004 Jr, le Phillips, Drangsholt M, Koepsell TD, Custer BS, Gehrels JA, van Belle G de Longstreth. Département de neurologie, école de la médecine, université de Washington, Seattle, Washington, Etats-Unis wl@u.washington.edu

Les radiographies dentaires pourraient est une cause probable du meningiome intracrânien. Les auteurs ont déterminé que le risque de méningiome intracrânien pouvait être associé aux rayons X dentaires passés, aux radiographies instantanées postérieures, aux radiographies céphalométriques et aux panoramiques latérales.

Méthodes :
Les auteurs ont entrepris une étude basée sur la population de l'État de Washington. 200 patients de cas ayant eu un méningiome intracrânien confirmé histologiquement entre janvier 1995 et juin 1998 ont fait partie de l'enquête. Les auteurs ont consulté les fichiers de l'assurance maladie pour désigner de façon aléatoire un groupe témoins de même âge et même sexe que le groupe des 200 patients. L'enquête a été faite par interview direct.

Résultats :
Des 4 procédures dentaires de rayon X évaluées, seule la série des patients ayant subi des radiographies des dents "pleine bouche" a été associée sensiblement à un plus grand risque de méningiome (rapport 2 fois, fiabilité de 95%. Cependant, l'évidence pour d'une relation entre le nombre de radiations et le risque manquait. Le risque a été plus élevé dans la série des radiations "pleine bouche" dans des périodes de dix ans faites approximativement 15-40 ans avant le diagnostic, avec des amplitudes importantes dans les périodes de dix ans commençant 22-30 ans avant diagnostic. Les risques dans ces analyses étaient encore plus grands quand seulement des femmes ont été considérées.

Conclusions :
Les rayons X dentaires impliquant des séries de pleine-bouche effectués il y a 15-40 ans, quand l'intensité de exposition de la radiation de la série de pleine bouche était beaucoup plus importante qu'aujourd'hui ont été associées à un plus grand risque de méningiome. Les auteurs n'ont pas observé un risque accru avec des radiographies instantanées, des radiographies céphalométriques et et panoramiques latérales.

Société De Cancer D'Américain De Copyright 2004.

Accueil