Les 10 dossiers suivants Revenir à la page principale
ASCO 2006 dossiers 11-20/48 des tumeurs de cerveau et du SNC

11ème dossier
11-Phase II combinaison de Thalidomide et d'Irinotecan chez des patients avec gliomes anaplasiques prenant des antiépileptiques. V. K. Puduvalli 1564
Auteurs : V. K. Puduvalli, P. Giglio, M. D. Bosquets, K. R. Hess, M. Gilbert, S. Mahankali, S. Hsu, H. Colman, C. Conrad, V. A. Levin, W. K. Alfred Yung
Résumé :
Les malades avec gliome anaplasique (AG) ont peu d'options de traitement après la chimiothérapie avec un alkylant initiale. Dans cette étude, on examine l'efficacité de la Thalidomide et d'Irinotecan contre les gliomes anaplasiques AG pour examiner s'il y a une activité cytotoxique synergique avec l'agent antiangiogénique, Thalidomide qui puisse affecter le résultat clinique.
Méthodes :
Les malades avec gliome anaplasique AG, KPS>70 ne prenant pas d'antiépileptiques EIADS, avec moins de 3 récidives après la radiothérapie et la chimiothérapies sont éligibles. 39 patients ont été inclus dans l'essai. Irinotecan est administré classiquement à 125 mg/m2 hebdomadaire pour 4 semaines suivies par 2 semaine sans traitement ; la Thalidomide est commencée à 100 mg journalier et est monté chaque semaine quotidiennement jusqu'à 400 mg. Du Warfarin (1 mg) est donné en prévention des thromboembolismes veineux (VTE). Les Malades subissent des évaluations cliniques et radiologiques toutes les 6 semaines. L'endpoint fondamental est la survie progression libre à 6 mois (PFS-6). L'examen radiologique est fait pour observer les effets du traitement
Résultats :
17 patients sont évaluables pour la réponse, les autres sont inévaluables. Tous les malades évaluables avaient arrêté le Temodal précédemment et 9 avaient arrêté les nitrosourées. L'âge médian est de 44 ans et le KPS médian est de 90. 4 malades sont vivants alors que 9 ont progressé ; la survie progression libre à 6 mois, PFS-6 est de 34%. La meilleure réponse était 1 complète réponse CR, il y a eu 2 réponses partielles PR et 9 maladies stables SD. 2 malades sont morts probablement de causes non spécifiées en rapport avec traitement. La survie totale médiane n'a pas été atteinte ; A 12 mois et 18 mois mois les survivants sont respectivement de 73% et 26%. On a observé des degrés 3 et 4 de toxicité, la fatigue (29%), la leucopénie (29%), la nausée/le vomissement (24%), et la diarrhée (18%) qui a exigé des réductions de dose.
Conclusions :
Les résultats préliminaires de cette étude suggèrent que la combinaison dIirinotecan et de Thalidomide a une activité dans les malades avec gliome anaplasique. L'estimation de cette combinaison dans des malades avec AG définira plus définitivement si la combinaison peut être une deuxième ligne de thérapie efficace pour cette population.
Notre avis : bon essai, on savait la Thalidomide un bon antiangiogénique mais ce médicament a mauvaise presse en France depuis 30 ans en raison de malformations d'enfants jamais oubliées.
12ème dossier
12- Phase II de Temodal et Etoposide-VP-16 oral chez des adultes avec gliome anaplasique, résultats Définitifs. D. N. Korones 1565
Auteurs : D. N. Korones, M. Benita-Weiss, T. Coyle, P. Bushunow, L. Mechtler, H. S. Friedman,
Résumé :
Bien que le Temodal ait prouvé une activité chez les malades avec gliomes de bas et de haut grade, beaucoup de malades ne répondent pas, et pour ceux qui répondent, les réponses sont souvent éphémères. Nous avons entrepris par conséquent un essai de Temodal dans une combinaison avec VP-16 oral (Etoposide) pour malades avec gliome.
Méthodes :
Les malades étaient éligibles pour l'étude s'ils avaient une récidive de glioblastome, gliome anaplasique, ou gliome de bas grade, âge > 18 ans, et n'avait pas reçu de thérapie antérieure avec Temodal ou VP-16 oral. Tous les malades ont reçu Temodal, 150 mg/m2/d jours 1-5 et VP-16 oraux, 50 mg/m2/jour, jours 1-12 (basé sur le maximum de dose établi dans une phase I antérieure [Cancer 2003, 97 (8); 1963-68.]). Les Cycles ont été répétés chaque 28 jours pour jusqu'à 12 cycles.
Résultats :
51 malades ont été inclus, 32 avec glioblastome, 12 avec gliome anaplasique, et 7 avec gliome bas grade. L'âge médian était de 52 ans (21-76), et 67% étaient des homes. 41 ont été enrôlé en premier et 10 lors d'un 2ème tour. 50 avaient eu la radiothérapie antérieure, et 30 de ces 50 malades avaient aussi reçu une chimiothérapie antérieure. Des 32 sujets avec Glioblastome, 4 avaient une réponse partielle PR (12.5%), 13 (41%) la maladie stable SD, 13 (41%) la progression PD, et 2 n'étaient pas évaluables à cause de détérioration avant l'IRM. La survie progression libre médiane (PFS) était de 2 mois (0-51 mois), PFS-6mois de 19%. Des 12 malades avec gliome anaplasique, 2 réponses partielles PR (16%), 7 maladies stables SD (58%), 2 progression PD (16%) et 1 n'était pas évaluables. Leur PFS médian était de 5,5 mois, , PFS-6 mois de 50%. Des 7 gliomes de bas grade, 4 réponses partielles PR, 2 maladies stables SD, et 1 progression PD. Leur PFS médian était de 5 mois. (0-12) et PFS-6mois de 57%. Pour l'ensemble, 2 malades ont développé de la fièvre et une neutropénie et sont morts de septicémie. 2 malades ont été retirés prématurément de l'étude, l'un pour toxicité de niveau 4 de neutropénie et l'autre pour un niveau 2 de diarrhée.
Conclusions :
Dans cette population de malades précédemment traités avec gliome malin, la combinaison de VP-16 oral et Temodal a seulement une efficacité modeste et toxicité considérable. Les résultats de cette étude suggèrent que dans ce cadre, la combinaison n'offre aucun avantage sur l'un et l'autre agent utilisé seul.
Notre avis : voilà la bonne étude, claire et précise et une bonne conclusion aucun avantage de prendre les 2, un seul a les mêmes résultats et cela fait moins de toxicité. Dr Friedman, vous êtes le plus grand de tous et le plus sincère bravo !.
13ème dossier
13-Phase II de TGF-b2 avec AP 12009 chez des patients avec astrocytome anaplasique. P. Hau 1566
P. Hau, G. Stockhammer, M. Kunst, A. Mahapatra, K. V. Sastry, V. E. Parfenov, V. G. Leshinsky, P. Jachimczak, U. Bogdahn, K. Schlingensiepen, AP 12009 groupe de l'étude
Résumé :
C'est une phase I/II de dose escalade de TGF-ß2 avec AP 12009 un composé spécifique prouvé pour être bien toléré et qui a révélé un profil de la sécurité excellent. En outre, une activité antitumorale qui inclut des réductions de la tumeur complète a été observée.
Méthodes :
G004 est le nom de cet essai. 145 malades avec astrocytome anaplasique (AA III) ou glioblastome ( grade IV) ont été inclus dans l'étude. L'objectif de la phase courante IIb est de comparer l'efficacité et la sécurité de deux doses d'AP 12009 et le traitement standard. Les malades ont été randomisés pour recevoir l'une de deux doses d'AP 12009 (10 µM ou 80 µM) ou la chimiothérapie standard (Temodal ou PCV). Le produit a été administré dans la cavité intratumorale par CED. 134 malades ont reçu le traitement complet. L'endpoint fondamental était la réponse de la tumeur par IRM local et central.
Résultats :
Ici nous faisons un rapport sur les malades avec AA périodique (pour le glioblastome le résumé est avant). 38 malades avec AA (68% Hommes, 32% femmes, âge médian de 39 ans (22-60), Karnofsky médian de 90, (70-100) ont été traités. 26 malades ont reçu AP 12009 (10 µM ou 80 µM), 12 malades ont été traités avec Temodal ou PCV. Jusqu'à maintenant, sur les 89 malades traités avec AP 12009 (AA et glioblastome) 6 événements adverses, SAE a été en rapport peut-être avec la drogue de l'étude et 37 patients ont raconté des événements contraires (92% doux ou modéré). Des réponses de la tumeur partielles et complètes ont été observées. Les taux de la réponse exacts seront déterminés après lecture d'IRM. Les réponses avec AP 12009 sont longtemps durables. Les résultats confirment le bon profil de la sécurité d'AP-12009 aussi bien que les données d'efficacité vues en phase d'essais. La survie totale médiane n'est pas encore atteinte.
Conclusions :
La survie libre de plusieurs malades peut insinuer réellement la possibilité de guérir des malades avec cette maladie dévastatrice. Un essai de phase III est en préparation.
Notre avis : pas d'enthousiasme excessif dans AP-12009, la société allemande qui en assure la mise au point n'a pas une grande expérience, on attend que ces bons résultats et ils sont bons soient confirmés.
14ème dossier
14- Phase I de Bortezomib chez des adultes avec gliome malin. S. Phuphanich 1567
Auteurs : S. Phuphanich, J. Supko, K. A. Carson, S. A. Grossman, L. B. Nabors, T. Mikkelsen, G. Lesser, M. Rosenfeld, S. Desideri, J. Olson, Nabtt Cns Consortium,,,
Résumé :
Bortezomib est un inhibiteur sélectif du protéasome qui a été approuvé pour le traitement du myélome multiple et a aussi montré une activité prometteuse contre des tumeurs solides. Cette étude a été entreprise pour déterminer le maximum de dose toléré (MTD), le profil de la toxicité, et l'activité biologique de Bortezomib pour le traitement du gliome malin (MG).
Méthodes :
Les malades éligibles sont ceux avec gliome malin supratentoriel progressif après radiothérapie et avec moins d'un cycle antérieur de chimiothérapie. L'escalade de la dose a été menée séparément pour patients prenant des antiépileptiques (EIASD+) et pour ceux qui n'en prenaient pas (EIASD -). Bortezomib a été donné par injection intraveineuse 2 fois par semaine. La dose initiale dans les deux groupes était 0,9 mg/m2. Les cohortes d'au moins 3 malades ont été évaluées à chaque niveau de la dose. L'activité du protéasome a été déterminée dans les lysates du sang avant et à 1h et 24 h après la première dose.
Résultats :
59 patients sont évaluables (41 Femmes, 18 Hommes) avec un âge médian de 51 années et un KPS médians de 90% ont été inclus. 2 patients avaient reçu 1 régime de la chimiothérapie antérieur. Dans le groupe EIASD- , la dose hebdomadaire est montée de 0,9 à 1,9 mg/m2 à travers 3 niveaux de la dose intermédiaires, avec 1,7 mg/m2 établis comme le MTD. La DLT a éprouvée par 2/6 patients à 1.90 mg/m2 avec 1 niveau 3 de thrombocytopénie, 1 niveau 3 de fatigue. Dans le groupe EIASD+, la dose est montée à 2,3 mg/m2 sans événement de DLT. 10 EIASD+ ont été traités à 1,7 mg/m2, avec les événements adverses les plus communs que sont thrombocytopénie et névropathie périphérique. L'ampleur d'inhibition du protéasome dans le sang entier est observé d'une manière dose-dépendante dans les deux groupes de traitement. L'inhibition moyenne du protéasome chez les patients EIASD+ , 1 h après avoir reçu 2,1 mg/m2 de Bortezomib (77 ± 12%) était semblable à la dose 1,7mg/m2 chez les patients EIASD- (79 ± 6%).
Conclusions :
Le MTD pour le programme 2 fois par semaine de Bortezomib chez les patients EIASD- est de 1,7 mg/m2, plus élevé que le dosage de 1,3 mg/m2 pour dans le traitement du myélome. La tolérance est augmentée quand les patients prennent des antiépileptiques, EIASD+ pour lequel le MTD est d'au moins 2,1 mg/m2, ce qui est logique avec l'inhibition diminuée du protéasome chez ces patients.
Notre avis : jamais on a vu autant de femmes dans un essai. On considère que seulement 3% des patients américains acceptent d'être inclus dans un essai clinique malgré tous les efforts de persuasion. Voilà un essai de Phase I bien mené.
15ème dossier
15- Phase II de Gliadel et O6-benzylguanine (O6-BG) chez des patients avec glioblastome. J. A. Quinn 1568
Auteurs : J. A. Quinn, J. J. Vredenburgh, J. N. Rich, D. A. Reardon, A. Desjardins, S. Gururangan, A. H. Friedman, K. Lavin, S. Sathornsumetee, S. Threatt, H. S. Friedman,,,
Résumé :
Le mécanisme majeur de résistance à la thérapie des alkylnitrosoureées implique laa réparation de l'ADN par la protéine O6-Alkylguanine alkyltransferase ADN (AGT) lequel enlève le chloroéthyle ou méthyle les dommages sur la position O6-de la guanine. O6-BG est un médicament AGT qui inhibe AGT par inactivation du gène suicide. Une phase antérieure III randomisée contre placebo a montré que la gaufrette de Gliadel prolonge la survie de 6 mois (55,5% pour Gliadel contre 35,6% pour placebo) et la survie médiane (28 semaines pour Gliadel contre 20 semaines pour placebo) chez les malades avec Glioblastome (étude de 1995). En dépit du succès de Gliadel pour prolonger la survie nous pouvons être capables d'améliorer ce succès en épuisant AGT.
Méthodes :
Nous avons conçu une phase 2 où nous définissons l'activité et la toxicité de Gliadel dans une combinaison avec une infusion de 5 jours d'O6-BG chez les malades avec Glioblastome. Dans une étude antérieure la dose de O6-BG trouvée pour être efficace dans l'épuisement d' AGT à 48 heures était une intraveineuse de 120 mg/m2 pendant 1 heure suivie par une infusion continue de 30 mg/m2/jour pour 48 heures. Pour garantir l'épuisement d'AGT dans la tumeur pour au moins 5 jours après le placement Gliadel, O6-BG a été répété les jours 3 et 5 en continuant l'infusion.
Résultats :
24 malades ont été inclus. 17 malades avaient reçu une nitrosourée antérieure. La survie à 6 mois est de 68% et la survie médiane de 36 semaines. Les événements adverses incluent 2 épisodes de fuite de CSF (8%), 4 épisodes d'infection de la cicatrice pour le placement de Gliadel (16%), 5 épisodes de niveau 3 d'épilepsie (21%) et 3 épisodes d'hyponatrémie (12%). Ces événements adverses étaient semblables en fréquence à ceux observés par les patients qui avaient reçu Gliadel dans l'essai Gliadel contre placébo antérieur.
Conclusions :
Ces données démontrent une augmentation de l'efficacité de Gliadel quand il est combiné avec O6-BG. 26 malades supplémentaires seront inclus pour un total de 50 malades.
Notre avis : c'est vraiment une activité modeste, pour ceux qui ne veulent pas de la chimiothérapie traditionnelle.
16ème dossier
16- Phase II de chimiothérapie antiangiogenique (métronomique) sur les gliomes malins. S. Kesari 1569
Auteurs : S. Kesari, D. Schiff, L. Doherty, D. Gigas, T. Batchelor, A. Muzikansky, A. O'Neill, J. Drappatz, M. Kieran, P. Y. Wen,,
Résumé :
Il y avait en préclinique une évidence que la chimiothérapie à basse dose continue peut inhiber la prolifération endothéliale de la tumeur et prévenir l'augmentation de la tumeur (Browder et al Cancer Rés 2000;60:1878).
Méthodes :
Nous étudions une phase II d'Etoposide basse dose continue (VP-16), en alternance avec Cyclophosphamide (PCF), dans une combinaison avec Thalidomide (T) et Celecoxib (C) chez les malades adultes avec gliomes malins. Il n'y avait aucune limite sur le nombre de thérapies antérieures. Les malades ont reçu VP-16 [35 mg/m2 (maximum 100 mg) journalier pour 21 jours] alterné avec PCF [2 mg/kg (maximum 100 mg/jour) pour 21 jours]. Thalidomide a été commencé à 200 mg journalier et a été augmenté par 100 mg hebdomadaire à un maximum de 1200 mg/jour, si toléré. Celecoxib a été commencé 2 fois à 200 mg journalier et a été augmenté 2 fois quotidiennement à 400 mg. Les IRM ont été exécutés toutes les 6 semaines. Les malades ont été traités jusqu'à progression de la tumeur ou le développement d'une toxicité inacceptable. Le sérum a été rassemblé pour des mesures de peptides angiogeniques.
Résultats :
48 malades ont été inclus (15 Femmes, 33 Hommes). 28 glioblastomes, 20 gliomes anaplasiques (AG). Age médian de 53 ans (gamme 33-74); KPS médian de 70 (gamme 60-100). les Malades avaient suivi en moyenne 2,1 chimiothérapies antérieures ; 33% avaient suivi 3 ou plus de chimiothérapies antérieures. Les toxicités ont inclus la neutropénie (8 G3, 8 G4), la leucopénie (13 G3, 8 G4), la lymphopénie (26 G3), l'anémie (1 G3), la thrombocytopenie (1 G3); la nausée (1 G3), le vomissement (3 G3), la constipation (5 G3; 2 G4), la colite (2 G4), les troubles de mémoire (1 G3), le vertige (1 G3); l'hypoxie (1 G3), et l'infection (2 G3). 2 malades avaient des DVT et 6 des embolies pulmonaires. Il n'y a eu aucun mort de traitement. La fatigue était commune mais habituellement douce. 12% de malades avaient une réponse partielle PR, 59% avaient la maladie stable SD, 29% ont progressé à leur premier scanner. Pour les malades avec glioblastome la survie progression libre médiane (PFS) était de 11 semaines, le PFS-6 mois de 9% et la survie médiane de 21 semaines. Pour les malades avec astrocytome anaplasique AG, PFS médian de 14 semaines ; le PFS-6 mois de 26% et survie médiane était 41,5 semaines. La corrélation avec les peptides angiogéniques et la réponse seront rapportés.
Conclusions :
Bien qu'il y ait eu des répondeurs, ce régime n'a pas amélioré considérablement la survie dans ce groupe lourdement prétraité de malades. Cependant, la combinaison dans des essais supplémentaires de la chimiothérapie métronomique avec des inhibiteurs d'angiogenèse plus forts ou inhibiteurs de VEGFR peut être effectuée.
Notre avis : des résultats bien modestes pour une thérapie de choc avec 4 médicaments
17ème dossier
17-Phase II, radiothérapie fractionnée (3x par jour) sur le glioblastome, résultats préliminaires. P. D. Beauchesne 1570
Auteurs : P. D. Beauchesne, L. Taillandier, V. Bernier, M. Djabri, X. Michel, J. Maire, L. Martin, P. Verrelle, P. Verrelle, R. Pedeux. France
Résumé :
L'ultrafractionnement de la radiothérapie consiste à irradier quotidiennement des tumeurs plusieurs fois par jour, en délivrant des doses basses auxquelles les hyperradiosensibilités se produisent. Nous avons rapporté récemment la haute efficacité de radiothérapie ultrafractionnée dans des des lignes cellulaires de xénogreffe de gliomes, et nous menons maintenant un essai clinique de phase II pour déterminer l'effet d'un régime de radiothérapie ultrafractionnée pour les malades avec glioblastome.
Méthodes :
C'est un essai multicentrique de phase II ouvert en septembre 2003 aux malades de plus de 18 ans, capables de donner le consentement bien renseigné d'un essai clinique et un glioblastome histologiquement prouvé, récemment diagnostiqué et non opérable, supratentoriel (grade IV). 3 doses de 0,75 Gy espacées par au moins 4 heures sont délivrées 5/7 jours de la semaine pendant six semaines consécutives pour un total de 67,5 Gy. L'irradiation Conformationnelle inclut la tumeur avec une marge de 2,5 centimètres. La tolérance et la toxicité sont les endpoints fondamentaux. La survie totale et la survie progression-libre sont des endpoints secondaires.
Résultats :
25 malades ont été inclus dans cet essai, 19 sont évaluables, 11 Hommes et 8 Femmes, âge médian de 58 ans (gamme 37 à 76), Karnofsky médian de 80 (gamme de 70 à 100). Le temps médian entre le diagnostic histologique et le début de traitement est de 7 semaines. La radiothérapie ultrafractionnée a été bien bien tolérée ; aucun niveau 3 ou 4 de toxicité n'a été observé. Des réponses mineures à la fin de l'irradiation ont été vues chez 5 malades. La survie médiane après diagnostic initial était de 13,5 mois, 9 malades restent vivants.
Conclusions :
La radiothérapie ultrafractionnée est sûre et bien tolérée. Aucun toxicité aiguë n'a été observée. La survie totale de plus de 13 mois pour des malades sans chirurgie se compare favorablement aux autres rapports. Des résultats définitifs mis à jour seront présentés.
Notre avis : c'est le genre d'essai qui ne sert à rien, il faut comparer la radiothérapie 1 fois par jour à 3 fois par jour dans un essai randomisé, là on n'est pas plus avancé, les résultats ne sont guère différents d'avec la radiothérapie conventionnelle à la différence que le patient doit rester la journée au centre.
18ème dossier
18-Chimiothérapie de PCV comme principale thérapie pour adultes avec gliomes bas grade incomplètement retiré. E. B. Arenson 1571
Auteurs : E. B. Arenson, J. Bank, M. Pierick, C. Greenwald, J. McVicker, J. P. Elliott, J. D. jour, T. M. Fullagar,,
Résumé :
Pour répartir les résultats des malades traités avec chimiothérapie contre une approche plus standard de radiothérapie (RT), nous avons examiné récemment 48 malades diagnostiqué avec gliome de bas grade traités entre 1996 et aujourd'hui.
Méthodes :
Les malades étaient inclus dans 3 groupes, ceux traités avec chimiothérapie ± RT auparavant (Groupe A, 28 malades) ou après progression radiographique (Groupe B, 13 malades) et ceux avec récidives après traitement avec RT (Groupe C, 7 malades). Les diagnostics comprenaient des astrocytome (23%), des oligodendrogliomes (48%) et des gliome mélangés (29%). 39 malades ont été traités avec la chimiothérapie seule et 9 ont reçu une chimiothérapie post radiothérapie RT. La chimiothérapie a consisté en PCV dans un cas ; tous les autres malades ont reçus PCV modifié (MPCV), Carboplatine (200-360 mg/m2), Etoposide (150 mg/m2) et substitution de Temodal (150 mg/m2 × 5 doses) à la place de la Procarbazine. L'intention était un traitement mensuel sur une année.
Résultats :
Les malades ont reçu une moyenne de 10 cycles de MPCV ; 481 cycles ont été donnés. Il n'y avait pas de morts pendant la chimiothérapie. On a noté des toxicités de niveau III/IV dans 108 cycles (25 malades). Il n'y avait pas de cas de progression de la maladie pendant la chimiothérapie. 2 malades ont arrêté le MPCV avant à cause des crises d'épilepsie (2 cycles) et 1 patient pour préférence personnelle (1 cycle) ; les deux sont morts de maladie. Avec une suite médiane de 46 mois (gamme 4-120) d'initiation de chimiothérapie, la survie totale et la survie progression-libre étaient de 89% et 79% dans le groupe A, 91% et 83% dans le groupe B, et 100% et 86% dans le groupe C. Des 7 malades (15%) qui ont récidivé après avoir complété la chimiothérapie, 2 sont morts ; ils avait reçu une chimiothérapie post RT et avaient des traits cliniques de Glioblastome. 4 malades sont ou ont été perdus par la suite ou peut-être sont vivants avec maladie stable sans suivre de traitement supplémentaire.
Conclusions :
MPCV est un régime tolérable qui peut être donné plus agressivement que le PCV standard. Il y a un risque minime de progression de la maladie tôt avec MPCV. Un essai prochain doit comparer MPCV à la radiothérapie RT dans les malades avec gliome non réséquable progressif LGG, et l'usage de MPCV comme thérapie de sauvetage pour des malades qui manquent la radiothérapie RT.
Notre avis : un peu confus cet essai qui s'étale sur 10 ans.
19ème dossier
19- L'administration prolongée de Temodal basse dose dans le traitement du glioblastome en récidive rehausse l'activité antitumorale du Temodal. A. D'Amico 1572

L'efficacité du Temodal est en rapport strict avec la possibilité d'atteindre et de maintenir un haut niveau prolongé des concentrations de médicament dans les tissus de la tumeur. L'essai consiste à démonter que l'activité subséquente du Temodal dépend de façon catégorique du programme de prise de ce médicament. Cette phase II a pour but de vérifier qu'un programme de traitement avec Temodal plus intensif induit de meilleurs taux de la réponse avec une baisse de la mielotoxicité comparé au traitement conventionnel 5 jours/28.
Méthodes :
20 malades (5 Hommes 15 Femmes), âge médian de 53 ans (gamme 35-74), Karnofsky médian de 90 (gamme 70-100), avec Glioblastome en progression après chirurgie et radiothérapie adjuvante ont été traités comme suit : Le groupe 1, traitement conventionnel de Temodal 5 jours/28 au dosage habituel de 150 mg/m2/jour au 1er cycle suivi de 200 mg/m2/j pour les autres cycles, jusqu'à un total de 8 cycles. Le groupe 2, Temodal 7 jours/14 jusqu'à un total de 12 cycles, au dosage initial de Temodal au premier cycle de 50 mg/m2/jour avec escalade de dose de 25 mg/m2/jour jusqu'au maximum de 150 mg/m2/jour au 5e cycle, et ce régime est poursuivi jusqu'à le 12e cycle.
Résultats:
Ils sont résumés dans la table, La thrombocytopénie sévère et la stomatite ont été observées seulement dans les malades traités adu groupe A conventionnel. Ces résultats préliminaires qui méritent être confirmés dans une plus grande dimension d'échantillon indiquent que le traitement avec Temodal 7jours/14 est intéressant et fortement prometteur. Malgré la modalité et le petit nombre de malades inclus dans cette étude qui n'autorise pas de comparaison directe entre les deux traitements, les malades du groupe 2 ont eu une survie totale de 2 ans et une survie progression libre PFS respectivement de 40% et 20% à 6 mois et 1 an, comparés à 10% et 0% dans le groupe A.
Groupe 1, traitement complet 0/10, interruption 6/10, moyenne de survie 14 mois, raison de l'interruption 1 refus, 5 hématotoxicité.
Groupe 2, traitement complet 8/10, interruption 2/10, moyenne de survie 24 mois, raison de l'interruption 1 refus, 1 vomissement.

Notre avis : des résultats surprenants qu'on n'a pas observés sur des glioblastomes non opérés, l'échantillon n'est pas représentatif, 5 Hommes/15 femmes ne représente pas la proportion habituelle des patients avec glioblastome, il y a toujours une majorité d'hommes.
20ème dossier
20-Phase II de Mesylate d'imatinib et d'hydroxyurée pour gliome anaplasique de grade III. A. Desjardins 1573
Auteurs : A. Desjardins, D. A. Reardon, J. A. Quinn, J. N. Rich, J. J. Vredenburgh, S. Sathornsumetee, A. Salvado, H. S. Friedman,,
Résumé :
Nous avons évalué la combinaison du Mesylate d'Imatinib (Glivec) et les hydroxyurées dans les gliomes malins de grade III.
Méthodes :
Les patients inclus dans l'essais sont adultes avec astrocytome ou astro-oligodendrogliome anaplasique récidivant avec la maladie mesurable ; 2 semaines après résection chirurgicale ou 4 semaines après radiothérapie ou chimiothérapie ; Karnofsky de 60. Imatinib et Hydroxyurée ont été donnés oralement en journalier. Imatinib a été administré pas à 400 mg journalier aux malades sans antiépileptique (EIAED) pendant que ceux prenant des antiépileptiques EIAED ont reçu deux fois 500 mg par jour. Hydroxyurée a été administré deux fois à tous les malades à 500 mg par jour. Chaque cycle était de 28 jours.
Résultats :
39 malades avec astrocytome anaplasique AA (n = 32) ou astro-oligodendrogliome AO (n=7), ayant suivi radiothérapie antérieure et chimiothérapie, ont été inclus. 21 sans antiépileptique (54%) EIAED et 18 (46%) sur antiépileptique EIAED. Les caractéristiques patientes étaient comparables entre les deux strates. L'âge médian était de 39 ans (gamme, 21-59 ). Le niveau le plus fréquent des toxicités III-IV étaient la neutropénie (n=11), la leucopénie (n=8), la thrombocytopénie (n=6), la thrombose veineuse profonde (n=3), la fatigue (n=2) et l'œdème pulmonaire (n=2). Un malade a présenté un niveau V d'hémorragie au temps de la progression de la maladie. 4 réponses partielles, pour un taux de la réponse total de 10%. 13 maladies stables (33%). 12 malades (67%) sans antiépileptique EIAED avait la maladie progressive comparé seulement à 4 malades (27%) sur antiépileptique EIAED. Le temps médian à progression pour tous les malades était de 14,1 semaines, ceux sans antiépileptique 10,9 semaines et ceux avec antiépileptique 26,0 semaines.
Conclusions :
Le mésylate d'Imitanib journalier plus Hydroxyurée a démontré une activité encourageante et est bien toléré parmi les malades avec AA périodique ou AO. Comme observé avec les malades avec glioblastome, les malades sur EAIED paraissent démontrer une meilleure réponse.
Notre avis : Le Glivec c'est le petit chouchou du grand Pr. HS Friedman de cet essai. Résultats 2 fois meilleurs pour les patients prenant des antiépileptiques

Les dossiers suivants

Retour à la page générale